Photographie

Hommage à Zinedine Zebar, photographe-reporter algérien

Zinedine Zebar fait partie sans contexte d’un des photographes les plus célèbres en Algérie, nombreux sont ceux qui se rappellent du temps où il avait son petit kiosque non loin de la grande poste où il vendait et exposait ses clichés. Son travail lui a valu également de nombreuses collaborations avec des médias locaux et étrangers. Victime du coronavirus, il tire sa révérence en novembre 2020. Nous voulions lui rendre hommage à travers une belle série qu’il avait effectuée sur les phares d’Algérie sur laquelle il s’est d’ailleurs entretenu avec le journaliste Adlene Meddi. 

Né à Sétif en 1957, Zinedine Zebar a étudié à l’école de photographie de Paris et à l’Université Paris VIII avant de débuter, en 1988, comme reporter photographe à l’Agence de presse parisienne. Il a effectué en cette qualité plusieurs reportages sur la vie sociale et politique en France et a été envoyé spécial dans les pays arabes. Ses photographies ont été publiées dans de grands magazines internationaux. Depuis 2008, tout en continuant de collaborer à plusieurs organes de presse tels VSD, Paris-Match, Le Point, Le Figaro, Le Parisien, El Ahram, Der Spiegel, Times… il se consacre à un travail photographique sur le patrimoine algérien.

Les Secrets des Phares d

« J’ai pris des photos de certains phares depuis une barque, car l’accès était difficile ou pénible, comme celui-ci, mon préféré. Le Cap de l’Aiguille se trouve à Cristel, à l’est d’Oran, au bout d’une falaise et il faut marcher longtemps pour l’atteindre. Il est placé sur un site magnifique, ouvert sur un beau panorama. Cristel est un ancien port colonial de pêche : les colons sont partis, les pêcheurs sont toujours là, mais il n’y a plus de poissons ! Il y a même, encore, des rails qui montent de la plateforme d’accostement vers le phare pour transporter, à l’époque, le ravitaillement et le matériel. Et il y a encore pas longtemps de ça, des touristes espagnols y accostaient pour admirer la bâtisse. On pouvait même y loger les visiteurs dans des petites maisons attenantes au phare. Mais elles ont été détruites depuis. » – Zinedine Zebar

[Tiré d’un article paru sur le blog du Figaro Magazine, rédigé par le journaliste Adlene Meddi.]

You Might Also Like

No Comments

Leave a Reply