Musique

Après six ans d’absence, Gorillaz revient avec « Hallelujah Money »

C2i26T-WEAAaB0E

Il aura donc fallu attendre six ans pour voir réapparaître la bande à Damon Albarn : Le groupe britannique  a sorti jeudi dernier, son tout nouveau single intitulé Hallelujah Money accompagné de la voix d’or de Benjamin Clementine, un morceau qui critique ouvertement le tout nouveau président des Etats-Unis, Donald Trump et son obsession pour l’argent.

Gorillaz, véritable révélation au début des années 2000 avec les désormais cultes Clint Eastwood, 19-2000 ou encore Starshine, réapparaissent six ans après l’album The Fall, avec un morceau poignant et engagé, publié quelques heures seulement avant l’investiture du nouveau président des Etats-Unis, Donald Trump, principal cible du groupe britannique. Accompagné par la voix troublante de Benjamin Clementine, Damon Alborn  et Jammie Hewlett membres fondateurs de Gorillaz, avaient à cœur de dénoncer le culte de l’argent, la soif de pouvoir et le climat de haine et de terreur qui règne en Amérique suite à l’avènement du président Trump, dans un clip  ou défilent de terribles images d’archives de membres du Ku Klux Klan, une pyramide avec l’œil des illuminatis et un feu immense pour clore le tout. Vous l’aurez compris,  l’avenir américain s’annonce radieux…

Avec cet hymne anti-Trump, Gorillaz rejoignent la langue listes d’artistes et chanteurs qui se sont ligués contre le président élu, parmi eux, Marilyn Manson, Moby ou encore Arcade Fire tout récemment. La question qui reste posée, est de savoir est-ce que cette union d’artistes, aussi populaires soient-ils, suffira à déloger « Le Chevalier Orange » de sa maison blanche (Trump Tower) ? Affaire à suivre !

You Might Also Like