Interviews

Q & A | Lilia Hakima Bouarfa

45545

Elle s’appelle Lilia Hakima Bouarfa, cette mélomane nous a tout de suite séduit par ses talents et sa maîtrise du piano. De sa facilité déconcertante de passer du répertoire de Clint Mansell à Coldplay, à sa passion pour la musique algérienne : du moderne à l’andalou. Elle nous en parle, dans ce Q & A. 

À quel age as-tu commencé à jouer de cet instrument ?

J’ai commencé le piano, dés l’âge de cinq ans, et depuis je ne peux plus m’en passer.

Qui t’a transmis cette passion du piano ?

J’ai commencé à prendre des cours chez le professeur Belhocine, l’un des plus connus sur la place d’Alger.

Quel influence a-t-il eu sur toi ?

M. Belhocine était comme un père pour tous les élèves de ma promotion, il nous a transmis sa passion tout au long de notre vie, et plus précisément jusqu’à l’age de mes 18 ans.

T’est-il arrivé de te produire sur scène ?

Oui, j’ai eu la chance de donner plusieurs petits concerts dans des salles comme Ibn Zeydoun ou Ibn Khaldoun, plusieurs années durant.

Que peut-on te souhaiter à l’avenir ?

D’évoluer plus et atteindre le niveau escompté, d’ailleurs, je m’entraîne le plus souvent possible chez moi, pour garder la main, et ne pas perdre les bases, tout en développant de nouveaux styles et d’autres horizons, comme le moderne, et prochainement, j’espère m’initier à l’andalou.


You Might Also Like